Logo du site

Article publié le 19 octobre 2017.

Compte rendu du GT télétravail du 16 octobre 2017

Ce compte rendu est complété d’informations données au rendez-vous de la DR sur le télétravail

Cette réunion était la première consacrée au télétravail avec la direction régionale.

Nous n’avions comme documents préparatoires que les notes nationales et un tableau des types de postes de la direction régionale avec la mention du fait qu’ils soient télétravaillables ou non.
C’est sur ce tableau, non définitif selon la direction, que nous avons fondé la plupart de nos remarques et questions.

Nous avons demandé :

  • Transparence : nécessité d’une note de cadrage sur le calendrier, le nombre de postes informatiques disponibles, le mode opératoire du remplissage des demandes et de leur validation, les règles de priorisation énoncées à l’avance. Nous souhaitons que chaque agent connaisse ces modalités, et non qu’il soit nécessaire individuellement d’aller à la pêche aux informations. Un bilan doit également être réalisé et rendu public.
  • Explicitation sur tous les postes listés par la direction, télétravaillables ou pas : comment a été faite cette liste. Pour quels postes la hiérarchie avait pris la peine de consulter les agents concernés. Nous demandons une actualisation régulière de ce tableau ainsi que sa publication.
  • La raison de l’exclusion de quasiment tous les postes au Sar.
  • La raison de l’exclusion des postes d’encadrant-e-s de cette liste.
  • La raison de l’exclusion des tâches téléphoniques.

La direction est intervenue pour expliciter sa démarche :

  • Elle n’a pas envoyé de message aux agents pour diffuser le lien sur la note nationale Insee sur le télétravail car elle figurait dans un compte rendu de comité de direction.
  • Elle a demandé aux encadrant-e-s de préparer pour le séminaire du 12 octobre une liste des tâches et postes « télétravaillables » (c’est-à-dire des postes qui auraient suffisamment d’activités télétravaillables pour être rassemblées sur une journée de 7h30). Certain-e-s ont consulté leurs équipes ou leurs chefs d’équipes, d’autres non.
  • Elle précise qu’il y aura 4 postes informatiques permettant d’assurer le télétravail d’ici fin 2017 (attribués au prorata des effectifs des établissements de l’Insee), et d’autres d’ici mi-2018 à hauteur de 6 % des effectifs Insee (a priori sans proratisation par établissement).
  • La direction assure que l’ordre d’arrivée ne sera pas un critère d’attribution. Elle assure que tous les services doivent pouvoir en bénéficier, et qu’elle ne permettra pas qu’une même division concentre plusieurs agents en télétravail.
  • Dans un premier temps elle souhaite que les encadrant-e-s ne puissent pas bénéficier du télétravail.
  • Pour les autres critères, elle demeure évasive. Elle évoque l’ancienneté dans le poste, où le fait d’avoir plusieurs années pourrait être « un bon point » mais pas trop car cela pourrait être pénalisant pour les futures mobilités de l’agent. Ou le temps de transport de l’agent : un temps de trajet long pourrait être favorable… mais aussi défavorable en cas de déménagement « volontaire » de l’agent !
  • La direction met à disposition des bureaux et éventuellement des postes informatiques si elle en a pour du travail en site distant. Elle n’est pas sûre que la réciproque puisse être vraie notamment pour la DG quand elle sera à White. La possibilité de travail en site distant dans les autres directions du ministère n’est pas forcément possible autrement qu’avec le poste nomade (identique que pour le télétravail à domicile).
  • Les tâches téléphoniques ont été exclues : l’administration ne fournissant pas de téléphone pour le télétravail, l’agent communiquerait de fait son numéro personnel à l’extérieur de l’Insee (entreprise, partenaires d’études, etc.). La direction ne souhaite pas cela.

Au final, il est clair que la direction locale n’a aucune envie d’organiser le télétravail qu’elle juge comme s’ « imposant » à elle et comme source de coût et de désorganisation.

Elle compare d’ailleurs régulièrement le télétravail au temps partiel, montrant la confusion qui règne à ce sujet à la fois sur le fait que le télétravail serait un moment de non-travail et/ou le fait que le temps partiel pourrait être un moment où on travaille !!

Mais au passage elle tente de s’exonérer de sa responsabilité dans sa mise en place : pas de note écrite permettant aux agents d’avoir une visibilité sur les tâches et postes télétravaillables, pas d’explicitation claire des circuits de décision.
De plus, elle compte mettre en place le télétravail à peu de frais, c’est-à-dire sans réellement mettre les moyens pour que les changements d’organisation du travail soient pris en compte.

Il a fallu lors de cette réunion extorquer chaque réponse à force de question, car la direction prétendait qu’elle ne savait pas, ou qu’elle n’avait pas prévu de présenter ces éléments aux représentant-e-s du personnel.

Nos demandes :

  • une note spécifiant les modalités employées à la DR pour lancer la campagne ;
  • le calendrier à venir (les postes informatiques vont arriver au compte goutte) ;
  • l’existence et la gestion d’une liste d’attente potentielle ;
  • les critères clairs et ne dépendant pas des demandes, sur l’acceptation ou le refus d’un agent
  • individuel : jugement a priori sur l’autonomie de l’agent
  • collectif : type de tâches du poste, tâches vues dans leur contexte, impact sur le collectif de travail,…
  • les modalités de décision et quelle instance décide ;
  • un retour à l’agent si refus, sans attendre que le délai de 2 mois sans réponse le signifie ;
  • l’étude des possibilités techniques pour que le téléphone soit une tâche télétravaillable mais avec non dévoilement du numéro personnel de l’agent ;
  • un bilan au bout de six mois, à examiner en comité hygiène et sécurité et conditions de travail (CHSCT), et des bilans réguliers sur les postes et agents qui en bénéficient à la DR ;
  • le maintien pour tous les agents, quelle que soit leur modalité de travail, du règlement intérieur actuel, à l’exception du badgeage quotidien ;
  • des matériels adaptés, notamment la version « confort » des ordinateurs.

Au final, si vous souhaitez télétravailler, faites votre demande auprès de l’administration sans vous censurer, et nous souhaiterions que vous nous en informiez en parallèle.
Nous suivrons ce dossier afin que la direction rende compte de ce qu’elle fait, afin que ses décisions ne soient pas arbitraires !

Partagez !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Twitter Google Plus email
Retour en haut