Logo du site

Article publié le 23 avril 2021.

Projet immobilier : lettre au Directeur

Un projet immobilier, appelé Insight, est actuellement en cours à Bordeaux. L’établissement de l’Insee est appelé à intégrer ce projet. Pourtant, il suscite de nombreuses inquiétudes et interrogations. Face à la dégradation à venir des conditions de travail, un groupe d’agents, avec l’appui des sections locales de la CGT Insee et FO Insee, a écrit au Directeur Régional.

Monsieur le Directeur,

À chaque changement important dans la vie professionnelle des agents, des inquiétudes se font jour concernant les conséquences sur leur avenir.
C’est le cas pour les agents de l’établissement de Bordeaux dont le déménagement dans le bâtiment Insight aura un impact non seulement sur leur vie professionnelle mais aussi personnelle.
Un cahier des charges a été établi afin que le bâtiment retenu soit conforme aux besoins des agents de l’Insee. Le choix d’Insight et ses conditions d’occupation montrent que ce cahier des charges n’a pas du tout été pris en compte.
Jusqu’à présent, les informations qui nous sont communiquées sont souvent « non définitives » et la plupart de celles qui sont actées sont inacceptables. Ainsi, la plupart des inquiétudes des agents de l’Établissement de Bordeaux demeurent sans réponses claires et nous comptons sur vous pour nous les apporter.
Nos interrogations concernent les espaces alloués, impactant nos organisations et nos conditions de vie au travail.

En premier lieu, nous sommes choqués par les espaces alloués à l’Insee et plus généralement par la surface occupée par les 5 administrations concernées par ce projet.

espace par agent : Nous souhaitons que tous les agents de l’État qui occuperont le bâtiment, quelle que soit leur administration d’appartenance, aient des conditions de travail correctes et conformes aux différentes normes ou préconisations en vigueur.
La norme Afnor NF X 35-102, recommande « un espace minimum de travail de 10 m² par personne et de 15 m² par personne dans un espace bruyant. ».
La circulaire du 16 janvier 2009 relative à la politique immobilière de l’État prévoit un ratio SUN (surface utile nette)/ agent de 12 m² et un ratio SUB (surface utile brute) / agent de 20 m².
Globalement, la SUB totale mise à disposition dans le bâtiment Insight est d’environ 5 300 m². Le bâtiment devrait donc pouvoir accueillir au maximum 265 agents. Or, les 5 administrations concernées par ce projet regroupent environ 400 agents.
L’Insee sera doté de moins de 1 000 m² pour environ 125 postes de travail (soit à peine 8 m² par agent en moyenne) et les bureaux à plusieurs devront se contenter de 6,5 m² en moyenne alors que les 110 agents des Douanes disposeraient de 1 400 m², soit plus de 12 m² par poste de travail.
– pourquoi accepter une surface globale non adaptée aux effectifs totaux attendus ? Cette décision engendre une différence non acceptable avec les préconisations de m²/agent ?
– quelles sont les surfaces (SUB et SUN) allouées à chaque administration et leur nombre de postes de travail respectifs ?
– pourquoi une telle différence de traitement entre deux administrations des finances ?
– comment nous garantir alors des conditions de travail correctes ?

Ce manque d’espace aura des répercussions sur nos conditions de travail et notre organisation :
l’aménagement des bureaux
– si l’espace par agent dans les bureaux est trop réduit, comment alors garantir suffisamment d’espace pour les personnes à mobilité réduite ?
– quelle est la composition envisagée d’un poste de travail (bureau, sièges, armoires…) ?
– les postes de travail pourront-ils être positionnés correctement par rapport à l’éclairage, naturel et artificiel, à la ventilation et l’ouverture des fenêtres et des portes vers les terrasses ?
– le positionnement des prises électriques sur les murs extérieurs est-il le meilleur choix (ergonomie, sécurité) ?
– L’exiguïté des bureaux à plusieurs interroge sur la sérénité possible pour travailler (manque d’espace vitale dit autrement bulle nécessaire à chacun pour se concentrer)

la sécurité
– risque accru lors d’évacuation de bureau de taille réduite (panique, blocage dans les portes, piétinement d’agents…)
– l’évacuation d’agents à mobilité réduite est-elle prévue et conforme à la loi concernant les bâtiments neufs ?
– L’évacuation des agents en général est-elle compatible avec l’étroitesse envisagée des bureaux ?


salles de réunion

L’Insee dispose actuellement de 6 salles de réunions et visios avec un taux d’occupation de 85 %. Insight semble fournir le même nombre de salles pour 5 administrations.
Le nombre de bureau « bulles », pouvant être utilisés par des agents de passage, pour s’isoler, ou pour des réunions en petits comités, semble bien insuffisant pour répondre à tous ces besoins.
– quelle est actuellement l’utilisation de salles de réunion de chacune des administrations ?
– Où sont prévus concrètement les bureaux « bulles » ?

Perspectives pour l’établissement de Bordeaux
– Si les locaux actuels ne suffisent pas, comment prétendre à de nouveaux travaux si le bâtiment ne peut les accueillir ?

Dans un second temps, nous sommes très préoccupés par la dégradation future de nos conditions de vie au travail  :
Transport / Parking : L’accès au bâtiment est source de grande inquiétude. Pour la plupart d’entre nous, le temps du trajet domicile-travail va être fortement allongé. Certains devront même changer de mode de transport et envisager l’utilisation de la voiture. Actuellement (hors crise sanitaire), 57 places de parking en moyenne sont occupées quotidiennement. A Insight, l’Insee sera doté de 26 places.
–l’Insee a-t-il cherché/trouvé des solutions de parking complémentaires pour être conforme au cahier des charges ? (location de places dans les environs de l’établissement, du même côté de la rive de la Garonne)

Restauration  : Nous avons actuellement un service de restauration avec préparation des plats sur place (cuisine) et une salle pouvant accueillir 90 convives simultanément sur une plage horaire permettant au moins 2 services, pour environ 250 agents sur site.
A Insight, la salle de restauration est prévue pour 2 services de 90 couverts, soit à peine plus que la capacité actuelle de notre salle, pour près de 400 agents sur site.
La prestation qui nous est annoncée est de la livraison de repas à réchauffer.
– combien d’agents accepteront ces conditions de restauration, service très dégradé par rapport à la situation actuelle ? Nous attendons avec impatience les résultats de l’enquête lancée récemment auprès du personnel.

Comme vous pouvez le constater, nos questions sont nombreuses à cause, notamment, du non-respect du cahier des charges, établi pour permettre un choix éclairé d’un bâtiment correspondant à nos besoins.
De plus, à l’origine, ce déménagement ne concernait que les trois administrations hébergées dans le bâtiment de la rue de Saget, impacté par les aménagements « Euratlantique » du quartier de la gare. Deux autres administrations ont été rajoutées à ce projet, pour des raisons économiques, ergonomiques ou autres. Nous ne sommes pas contre la cohabitation à condition que chaque agent bénéficie des conditions de travail correctes auxquelles il peut prétendre. Or, à ce stade du projet, il est évident que soit la surface n’est pas suffisante soit les effectifs sont trop nombreux.

Les agents de l’établissement de Bordeaux ont besoin de se sentir soutenus et défendus concernant leurs conditions de travail. Le sentiment d’abandon depuis 2 ans est largement ancré dans les esprits.
Lors d’une réunion, vous avez affirmé « Nous ne déménagerons pas dans de mauvaises conditions ». Pensez-vous vraiment que les conditions de travail qui nous sont proposées aujourd’hui dans le bâtiment Insight permettent d’envisager ce déménagement ?
Afin d’éviter de voir grandir l’inquiétude qui nous habite actuellement et qui se fonde peut-être sur le manque d’information ou de mauvaises informations, et d’enrayer le processus de bataille qui semble s’engager entre administrations, et même entre services intra-administrations, nous souhaiterions obtenir rapidement des réponses claires et précises à nos questions lors d’une réunion Zoom.

Partagez !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Twitter Google Plus email

À lire aussi...

Retour en haut