Logo du site

Article publié le 19 mars 2018.

Le 22 mars 2018 Défendons toutes et tous un service public de qualité et une fonction publique dotée de moyens adéquats !

Le tract CGT, SUD, FO de l’Insee
Toutes et tous en grève !!

Depuis des années, les gouvernements successifs et le Medef ont le code du travail et le statut des fonctionnaires en ligne de mire. Après la loi travail de 2016 et les ordonnances de 2017, le nouveau gouvernement passe la vitesse supérieure et s’attaque à la fonction publique, à ses agents et aux missions. Les déclarations du gouvernement du 1er février dernier montrent le mépris de nos dirigeants à l’égard du service public, des agents et de leurs missions.

Au nom de la sacro-sainte réduction des déficits publics, le gouvernement veut faire des économies sur le dos des agents. En plus du gel du point d’indice, de la non compensation de la hausse de la CSG, du rétablissement du jour de carence depuis janvier 2018, de la baisse des budgets de la politique sociale, etc., le gouvernement préconise un plan de départ volontaire pour accompagner les abandons de missions, de nouvelles suppressions d’emplois, un recours accru au recrutement de contractuel-le-s et donc au développement de la précarité (voir la situation des enquêtrices et enquêteurs de l’Insee), à l’extension du salaire au mérite et à la réduction des instances de représentation du personnel. Par cela, c’est l’organisation sociale voire le contrat social de notre pays que le gouvernement veut casser. S’attaquer de cette manière et avec une telle ampleur au fonctionnement et aux moyens du Service Public, c’est vouloir le saper à sa base au point qu’il ne puisse plus remplir ses missions. Cette situation priverait, de fait, les territoires et les citoyens de la solidarité nécessaire qui garantie l’Égalité.

A l’Insee, la baisse des effectifs se fait sentir par les restructurations permanentes. La direction développe des « usines à gaz informatiques » pour compenser le manque de personnel et déshumanise le travail et les relations sociales au sein de l’institut. Elle profite de lois pour externaliser la gestion de fichiers (cf. fichier électoral). La politique de recours à des fichiers administratifs montre ses limites dès qu’un changement ou une disparition se profile, par exemple l’utilisation du fichier de la taxe d’habitation.

Pour toutes ces raisons, il est grand temps de se mobiliser, l’enjeu est capital pour les agents, l’institut et ses missions. Il est temps que nos dirigeants arrêtent de vouloir gérer les Services Publics comme une entreprise et de vouloir les rendre rentables !

Mobilisons nous pour :

  • Une fonction publique au service de tou-te-s, et pas d’abandon de missions
  • La défense du statut de fonctionnaire, cadre collectif de garantie pour les agents, pour les usagers et la société dans sa globalité.
  • Un plan de titularisation des contractuel-le-s et l’arrêt de la précarisation des agents.
  • L’augmentation des salaires par la revalorisation du point d’indice et des mesures pour rattraper les pertes antérieures
  • L’abandon de la hausse de la CSG
  • L’abrogation de toutes formes de rémunération au mérite.
  • Des dispositions pour le respect de l’égalité professionnelle entre femmes et hommes.
  • L’arrêt des suppressions de postes dans les trois fonctions publiques
  • Le retrait du jour de carence d’autant que les réorganisations contribuent à dégrader la santé des agents.
  • Le retrait des ordonnances réformant le code du travail
  • l’abandon des politiques d’austérité budgétaire.

Partagez !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Twitter Google Plus email

À lire aussi...

Retour en haut