Logo du site

Article publié le 1er janvier 2013.

Les enquêtrices et enquêteurs de l’Insee : précaires de l’État

Les enquêtrices et enquêteurs de l’Insee ont longtemps été des vacataires de la fonction publique. Un peu plus d’un millier de ces agents, en grande majorité des femmes, étaient embauché-e-s par l’Insee pour faire des enquêtes auprès des ménages. Payé-e-s à la pige, elles et ils étaient recruté-e-s pour des contrats successifs de quelques semaines ; ce qui ne les empêchait pas de travailler depuis de nombreuses années pour l’Insee (l’ancienneté dans le réseau est de près de 11 ans). Parmi elles-eux, environ une centaine d’enquêtrices collectaient les relevés de prix qui contribuent à la construction de l’indice des prix : elles étaient également payées à la pige (au relevé).

Plusieurs mouvements de grève, en 2000, en 2004, en avril 2007 en Guyane ou au printemps 2008 avec les enquêtrices prix, ont permis de montrer la solidarité qui existe entre ces personnels qui se rencontrent pourtant peu.

Elles-Ils n’ont pas eu de possibilité légale d’avoir des représentants syndicaux pendant des années et pourtant c’est par leurs mobilisations qu’ils ont pu obtenir ces avancées :

  • Années 90 : harmonisation des pratiques concernant notamment la mensualisation de la paie ;
  • Années 2000 : obtention de l’heure d’information syndicale lors des Réunions annuelles d’enquêteurs ; reconnaissance du réseau de délégué-e-s ; obtention de la participation à la construction de l’EEC (enquête emploi en continu) ;
  • 2004 : mouvement pour la réévaluation de la paie de l’enquête ERCV qui avait été sous-évaluée ;
  • 2007 : mouvement des enquêteurs de Guyane pour une normalisation de la paie des enquêtes ainsi que des remboursements de frais ;
  • 2008 : paiement de l’heure de visite médicale, paiement d’une demi-journée de travail pour 5 enquêteurs qui participent aux réunions syndicats-direction nationales ;
  • 2008 : Suite au mouvement des enquêtrices prix : réévaluation annuelle du barème des enquêtes au meilleur du SMIC et de l’inflation. Arrêt du forfait implicite (prime différentielle qui a bloqué au même salaire nominal des enquêtrices pendant plus de 10 ans). Augmentation de près de 10% du prix des relevés prix.
  • Le principe du passage aux frais réels a été acquis pendant ce mouvement pour aboutir à une meilleure protection sociale.
  • 2009 : création d’un CHS spécial enquêteurs finalement mis en place à la toute fin de 2012
  • 2009 : engagement de la ministre sur la contractualisation des enquêtrices et enquêteurs
  • 2013 : contractualisation et mensualisation des enquêtrices et enquêteurs de l’Insee

En novembre 2012 la circulaire de gestion permettant la contractualisation des personnels enquêtrices et enquêteurs est enfin passée en comité technique du réseau de l’Insee : Version définitive de la circulaire NCEE (Nouvelles conditions d’emploi des enquêtrices et enquêteurs de l’Insee - 4 déc 2012)

Au 1er janvier 2013 les enquêtrices et enquêteurs sont toutes et tous contractuel-le-s et mensualisé-e-s !

Mais ils et elles continuent à demander une rémunération de leur travail à la hauteur des qualifications et de l’expérience qu’ils mettent en oeuvre, ainsi que des conditions de travail décentes.

Partagez !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Twitter Google Plus email

À lire aussi...

Retour en haut