Logo du site

Article publié le 12 novembre 2018.

Profession de foi CGT pour le service technique de service déconcentré de la Dirag

Profession de foi CGT pour le service technique de service déconcentré de la Dirag

Défendre les intérêts de tous les agents et préserver le collectif de travail

Liste CGT

1 – Dominique POLLUX – RP
2 – Arnaud THOMAS– Informatique
3 – Isabelle THIBAULT– Formation
4 – Myriam JELAINE – Offre éditoriale
5 – Danielle SONNEVILLE – Enquêtrice
6 – Marion LAVAUD – UED
7 – Julie KAYAMARE - Dem
8 – Christophe BALAIRE - Prix
9 – Diane DELVER-CUSTOS - Secrétariat
10 – Marie-Claude SIMONNET-URCEL - enquêtrice
11 – Denis CORDIER - BIE
12 – Philippe CLARENC - Etudes

Les attaques contre le service public, au sein même de l’Insee sont sans précédents : elles se concrétisent par la réduction des effectifs et des budgets, le blocage des carrières, des transferts et des disparitions de travaux. Dans notre quotidien, les conséquences de ces attaques sont importantes : au niveau de nos conditions de travail, de son organisation mais aussi sur le sens et la qualité de nos missions.

Lors du mandat précédent, la CGT a été très vigilante sur les conditions de travail des agents. De nombreuses interventions ont été faites en ce sens auprès de la direction de la Dirag. De même, la CGT a rappelé à maintes reprises à la direction qu’elle a une responsabilité en matière de risques physiques comme psychosociaux.

De plus, face à une direction qui aurait pu être tentée de prendre des « raccourcis », la CGT a veillé à ce que les procédures de mobilité soient transparentes et que les agents soient traités équitablement.

La CGT s’est battue et continuera à se battre contre toutes les discriminations, qu’elles soient verbales, directes ou indirectes.

Voter pour la liste CGT, c’est :

- défendre la diversité des travaux dans chaque site et des effectifs suffisants afin de répondre aux besoins de proximité en matière de production comme de réponse à nos partenaires

- mettre les agents au cœur de leur processus de travail, en les associant au maximum à toutes les décisions qui les concernent

- donner aux questions de santé au travail une place majeure dans nos activités professionnelles. Cela concer- ne aussi bien la prévention des risques quotidiens, que les effets psycho-sociaux des restructurations, etc.

- demander à conforter la place de la statistique publique en région : relations avec les acteurs, travaux pour alimenter le débat public,...

À télécharger

Partagez !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Twitter Google Plus email
Retour en haut