Logo du site

Article publié le 12 novembre 2018.

La profession de foi CGT FO SUD du comité de service déconcentré d’Auvergne - Rhône-Alpes

La profession de foi CGT, FO, SUD pour le comité technique de service déconcentré Auvergne - Rhône-Alpes

Plus forts ensemble ! Liste unitaire CGT SUD FO

Axel GILBERT (SED, Lyon)
Hélène SÉGAULT (SES, Clermont-Ferrand)
France-Line MARY-PORTAS (SED, Lyon)
Myriam POMMIER-PASCAL (SES, Clermont-Ferrand)
Adette ÉTAIX (SES, enquêtrice, Lyon)
Françoise TERNAT (SAR, Clermont-Ferrand)
Christine LARIZZA (SES, enquêtrice, Lyon)
Thierry GAIDIER (SES, enquêteur, Clermont-Ferrand)
Élise BERNERT (SED, Lyon)
Christophe PRIVAS (SERN, Lyon)
Marie-Josée ORTIGUES (SES, enquêtrice, Clermont-Ferrand)
Luc RIGOLLET (SES, Lyon)

Désormais, le comité technique de proximité de l’Insee ne représente plus chaque établissement, mais l’ensemble de la direction régionale d’Auvergne-Rhône-Alpes. C’est une des conséquences de la réforme territoriale telle qu’elle a été déclinée à l’Insee.

Dès l’annonce de cette réforme absurde, nos trois syndicats ont lutté

  • pour le maintien des travaux et des effectifs dans nos établissements,
  • pour que chacun.e puisse avoir une vie professionnelle et personnelle dans sa ville de résidence.

Nous avons combattu

  • la mise en concurrence des établissements,
  • les restructurations en cascade,
  • la désorganisation de l’institut qui en a découlé et dont on voit les effets aujourd’hui.

Si nous n’avons pu empêcher la fermeture de services à Clermont-Ferrand face à l’obstination d’une direction nationale dont le projet initial était de « réduire le nombre d’établissements », nous avons pris, à l’occasion de ce combat, l’habitude de travailler ensemble entre les deux établissements de notre direction régionale et dans l’intersyndicale large qui se présente aujourd’hui à votre scrutin.

Lors du mandat précédent

  • Nous avons obtenu une plus grande transparence de la procédure de mobilité (localement pour les adjoint.es et contrôleur.ses, en lien avec les élu.e.s en CAP pour les cadres).
  • Nous avons convaincu la direction de porter une vraie réflexion sur les perspectives de carrière des agents de catégorie C.
  • Nous avons été constamment vigilants sur la qualité de nos bâtiments vieillissants.
  • Nous avons rappelé à maintes reprises que la direction a une responsabilité en matière de risques physiques comme psychosociaux.

Ensemble, nous continuerons à porter la revendication de la pérennité des missions et de la qualité de vie au travail.

Nos revendications

Pour nos missions

Nous exigeons la pérennité des deux établissements avec dans chacun d’entre eux une variété de travaux, la consolidation des missions nationales et des effectifs suffisants, afin de répondre à des besoins de proximité en matière de production comme de réponse à nos usagers.

Nous revendiquons des postes de SAR à Clermont-Ferrand comme à Lyon, au plus près des personnels, pour une prise en charge égalitaire de leurs besoins dans les deux établissements.

Nous veillerons à ce que le nouvel échantillon Nautile ne mène pas à des diminutions de quotité ou des fins de contrats pour les enquêtrices et enquêteurs, qui sont à la base de nos missions. Le CDI à temps complet doit être la norme et non l’exception.

Pour nos conditions de travail

Nous réaffirmons que tout ce qui concerne les conditions de travail doit être soumis aux CHSCT (du Puy-de-Dôme et du Rhône). Cela concerne aussi bien la prévention des risques quotidiens, les effets psycho-sociaux des restructurations que la qualité des bâtiments actuels ou futurs. Nos conditions de travail ne doivent pas être sacrifiées aux « impératifs budgétaires ».

Nous militons pour le maintien d’une restauration collective de qualité dans les deux établissements et pour le maintien de la cité administrative d’Etat de Lyon dans le quartier de la Part-Dieu.

Nous exigeons la transparence totale sur le calcul de la charge de travail des enquêtrices et enquêteurs.

Pour nos mobilités et carrières

Face à une direction qui peut être tentée de prendre des « raccourcis », nous exigeons que les procédures de mobilité soient transparentes, pour les agents de bureau comme pour les enquêtrices et enquêteurs, et que les agents soient traités équitablement.

Ces principes valent aussi pour toutes autres décisions de la direction : promotions au choix (même si nous militons pour la linéarité des carrières), attributions de NBI, télétravail...

Les questions de rémunération ne sont pas du ressort du dialogue social local. Toutefois, grâce à votre mobilisation, nous obtiendrons que les frais professionnels soient remboursés à la hauteur des frais engagés, sans restrictions abusives, sans bureaucratie excessive.

Entre le 29 novembre et le 6 décembre 2018 Votez pour le rassemblement et la proximité ! Votez pour la liste unitaire CGT, SUD et FO !

À télécharger

Partagez !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Twitter Google Plus email
Retour en haut